le ecommerce continue sa croissance

Plus de 20 milliards d’euros.

C’est la somme dépensé sur Internet en France sur le 1er trimestre 2017 – selon un rapport de la Fevad

C’est 14,2% de plus par rapport à la même période l’an passé.

Certes, le rythme s’est ralenti – si l’on compare aux progressions des dernières années – ce qui traduit une autre tendance: l’e-commerce devient une partie intégrale des habitudes de consommation des français.

Cette croissance est due à une forte augmentation du nombre de transactions (d’achats) avec quand même près de 290 millions de transactions sur le trimestre.

C’est 4 fois plus que le 1er trimestre 2010.

« La fréquence d’achat des cyberacheteurs ne cesse d’augmenter » rapporte le délégué général de la Fevad.

Baisse du panier moyen

Plus d’achat veut dire moins à chaque fois.

Et donc, il y a baisse du panier moyen (-5%) sous la barre de 70 euros.

Ce qui se rapproche du montant du commerce traditionnel.

Pour Marc Lolivier, ceci prouve la banalisation des achats en ligne.

Achats sur smartphone

Avec plus de 30% de croissance, les achats sur smartphone représente une évolution continue vers le tout-mobile.

Les gros de l’e-commerce font 1/3 de leur CA grâce à l’achat sur mobile.

Une offre qui se centralise

Si le commerce français rattrape son retard petit à petit avec +11% de nouveaux sites en un an, ceci n’est pas encore suffisant pour une véritable diversité d’achat.

Ainsi l’activité se concentre pour l’instant autour des principaux sites d‘e-commerce. Environ 40% des Français visite chaque jour les sites des 7 premiers acteurs (Amazon, Cdiscount, Fnac, vente-privee, eBay, Groupon, Carrefour).

Une tendance qui devrait en inspirer certain

Les modes de consommation changent.

Mais les PME changent parfois moins vite.

Etre pragmatique et s’adapter est plus qu’une bonne idée, c’est une nécessité.

Les gens changent et achètent autrement.

On aime ou on aime pas, mais si l’on veut que les gens continuent d’acheter, c’est peut être judicieux de leur offrir un format qui leur convient.

En bref, si vous vendez quelque chose, c’est peut être une bonne idée de le vendre en ligne aussi.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *